1a

Introduction à l’exposition :

« L’engouement que les jardins suscitent en France ne se dément pas alors que ce thème n’a que rarement retenu l’attention des institutions culturelles. En effet, sa présence au musée semble fondée sur une contradiction : le jardin, par nature changeant et éphémère, n’est-il pas l’objet par excellence d’une exposition impossible ? Pourtant les liens entre le musée et le jardin sont étroits. À arpenter à son propre rythme, les deux sont des lieux de savoir et de plaisir, reflétant tous les temps – long, court, alternance des saisons ou éternité. Le sujet est ici étudié dans sa définition essentielle, comme enclos, espace mis en scène et donc miroir du monde. Ce rassemblement pluridisciplinaire de peintures, sculptures, photographies, dessins, films, etc., n’est ni une histoire complète de l’art des jardins, ni un état des lieux qui prétendrait à l’exhaustivité. « Jardins » se concentre sur les expérimentations menées en Europe – et plus particulièrement en France – de la Renaissance à nos jours. Le parcours thématique, où s’entremêlent l’histoire de l’art et celle des sciences, est construit comme une promenade où le jardin réel est compris à la fois comme un ensemble botanique et une construction artistique. Cette exposition « jardiniste » entend promouvoir le jardin comme forme d’art et ses créateurs comme artistes. Bonne visite. »

Autrement dit, amateur d’art et de jardin, vous avez jusqu’au 24 juillet pour vous pressez à cette superbe exposition. De nombreuses œuvres y sont rassemblées, allant de la Renaissance (avec une sublime fresque de Pompéi) à notre époque contemporaine. Tout ce qui compose un jardin est présent : de la terre, des outils et accessoires, des plans, des photographies de végétaux, des végétaux en cire, en bijoux, en papier mâché, des manuels sur l’art de la taille,…  

h

Koîchi Kurita, Bibliothèque de terre/Loire, 2017

a

 

Collection d'arrosoir

d

Jan I Brueghel, vue du château de Mariemont, huile sur toile, 1612

e

f

Girolamo Pini, étude de botanique, huile sur toile, 1615

g

Anna Atkins, cyanotypes sur papier, 1845

i

Jean-Michel Othoniel, Grotta azzurra, verre soufflé, acier, fontaine, 2017

b

Louis Auzoux, Chrysanthèmes,  papier mâché, fer, 1880

c

Anonyme, herbier des pélerins de Jérusalem, 1863

La richesse de l’exposition réside également dans le fait que de nombreuses formes d’arts sont représentés : la vidéo, la photographie, la sculpture, les maquettes, la peinture, la joaillerie, des objets scientifiques, des outils, des supports d’histoire naturelle, des herbiers...

Cette exposition est vraiment réussie : pas un seul végétal vivant mais en sortant on croit avoir vu de nombreux jardins ! Trop fort !

A défaut de pouvoir se rendre à l’exposition, le catalogue de l’exposition est fidèle et apporte de nombreuses informations complémentaires.

"Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,

Je me suis promené dans le petit jardin

Qu'éclairait doucement le soleil du matin,

Pailletant chaque fleur d'une humide étincelle." Paul Verlaine