CABO VERDE

Après les îles Féroé, archipel perdu dans l’Atlantique Nord, me voici désormais toujours dans l’Atlantique mais à environ 600 km des côtes sénégalaises et mauritaniennes, dans l’archipel du Cap Vert. Changement radical de décor et de climat ! Cette fois-ci, Mr est du voyage !

Un p’tit point géographie s’impose car finalement le Cap Vert n’est pas une destination si connue. La plupart des personnes pense que le Cap Vert n’est qu’une île ; le plus souvent, l’île de SAL, la plus touristique. Or, le Cap Vert, enfin Cabo Verde (de son nom officiel depuis 2013) est un archipel de 10 îles. Au Nord, les îles de Barlavento (au vent) : Boa Vista, Sal, São Nicolau, Santa Luzia, São Vicente et Santo Antão. Au sud, les îles de Sotavento (sous le vent) : Maio, Santiago, Fogo, Brava.

 

CARTE

 

 On a fait 5 îles et ce fût 5 destinations différentes.

1

2

3

4

5

Avant de vous raconter notre périple, quelques infos utiles.

 

📗Il y a peu de guides papiers de voyage pour Cabo Verde et je n’ai pas apprécié le petit futé. Aussi, je vous invite à regarder les quelques blogs sur la toile afin de préparer au mieux votre périple. Sinon, vous pouvez toujours passer par une agence.

🔖Je suis fan de la collection Dictionnaire Insolite des éditions Cosmopole. J’en ai lu plusieurs. Il existe un Dictionnaire Insolite du Cap Vert. Je vous recommande vivement de l’apporter dans votre sac à dos.

Dico

🛫Formalités pour les vols internationaux : Passeport + formulaires EASE à remplir sur le site https://www.ease.gov.cv (3400 CVE soit 30,83€ par passager).

Depuis Paris, nous avons voyagé avec la compagnie portugaise TAP en évitant soigneusement de transporter des bagages en soute. Sur le sujet, la compagnie n’a pas bonne presse et en effet, nous avons rencontré quelques voyageurs qui n’avaient pas retrouvé leur bagage à l’arrivée !

ALLER : Paris – Lisbonne – Rabil (Boa Vista) = 614€ pour 2 adultes, sans bagage en soute (il fallait ajouter 106€ de plus par personne !)

RETOUR : São Vicente – Lisbonne – Paris = 993€ pour 2 adultes (je m’y suis prise un peu tard, je pense que j’aurai pu avoir un meilleur tarif !)

  

🛫Formalités pour les vols intérieurs :

Nous avons privilégié cette option. Franchement, ce n’est pas donné d’autant que les vols sont vraiment courts mais le bateau est bien plus long et pas toujours fiable (ça dépend de la mer). La compagnie aérienne qui assure les vols intérieurs est la compagnie Bestfly.

Il faut savoir qu’il est impossible de réserver les vols seuls, il faut passer par une agence locale. Nous avons opté pour l’agence sérieuse ATLANTUR.

💻 : Voici nos contacts et franchement, rien à dire :

 Estefânia Monteiro : santiago.office@atlantur.com

Luis Moreno : santiago@atlantur.com

terrasab@terrasab.com

📱Whatsapp : +238.982.12.93.

Cette agence peut également vous aider à organiser tout votre séjour : hébergements, transferts, activités… Nous n’avons pas eu besoin de leur intermédiaire mais sachez qu’elle peut vous aider.

Pour réserver les vols, vous envoyez vos souhaits et en fonction de la fréquence des vols, vous ajusterez l’organisation de votre séjour. La réservation des vols n’a été ouverte qu’à peine 6 semaines avant notre départ.  Une fois vos vols validés, l’agence vous demandera de faire un virement bancaire de la somme due, sur un compte domicilié au Portugal. Vous recevrez les billets dans la foulée (ils sont très efficaces).

Voici la fréquence des vols pour les îles que nous souhaitions visiter, leur durée, les tarifs que nous avons payés (frais d’agence inclus) :

Les vols entre Santiago - São Vicente - Santiago et Santiago - Fogo - Santiago sont tous les jours. En revanche, il n’y a pas de liaisons directes entre les îles de São Vicente et Fogo, il faut faire une escale à Santiago.

Pour Santiago - São Vicente : à peine 1h de vol

TARIF PROMO : 9150 CVE par personne soit 83 EUROS

TARIF FLEX : 10950 CVE par personne soit 100 EUROS

Pour Santiago - Fogo - Santiago : à peine 30 minutes

 TARIF PROMO ALLER-RETOUR : 14800 CVE (135€) par personne

TARIF FLEX ALLER-RETOUR : 16100 CVE (146€) par personne

 

Les vols entre Santiago - Boa Vista - Santiago se font 3 fois par semaine. Il n’y a pas de liaisons directes entre Boa Vista et São Vicente, ni Boa Vista et Fogo sans faire escale à Santiago.

 Pour Boa Vista - Santiago : à peine 40 minutes de vol

TARIF PROMO : 8450 CVE par personne soit 77 EUROS

TARIF FLEX : 10050 CVE par personne soit  92 EUROS

 

Pour ce qui est des bagages inclus dans le prix : 1 bagage à main de 6kg et 1 effet personnel en cabine + 1 bagage en soute de 23 kg. Le tarif PROMO ne donne pas droit ni aux échanges ni au remboursement et le tarif Flex permet des changements et remboursements en s’acquittant d’une taxe de 6 euros pour chaque échange, par trajet et 17 euros pour le remboursement. Nous avions opté pour le tarif FLEX. Je ne recommande pas cette option car même si vous souhaitez prendre un vol plus tôt ou plus tard, les vols sont tous pleins donc il n'y a pas possibilité de changer. Tout en sachant que nous n’étions pas encore dans la pleine saison touristique et que la plupart des places sont prises par les locaux.

🚢FERRY : L’île de Santo Antão ne dispose pas d’aéroport. Le seul moyen de s'y rendre est le ferry à partir de l’ile de São Vicente : le trajet dure est environ 1h et il y a 2 ferrys par jour, le matin et l’après-midi. Il faut compter 800 CVE par personne par trajet soit 1600 CVE A/R/personne.

🚗Si vous souhaitez louer un véhicule (quad, 4X4…), pensez à prendre votre permis de conduire.

🚕 TAXI : Les transferts depuis l’aéroport sont un budget à ne pas négliger car il y a rarement des transports collectifs comme les aluguers (mini bus ou pick up).

BOA VISTA : nous n’avons rien payé, notre B&B nous a fait les transferts

SANTIAGO :

  • Aéroport au Centre-ville ou Sucupira : 1000 CVE (1500 CVE si organisé par les hôtels) – retour 800 CVE
  • Sucupira à Achada Lem via Assamada : 460 CVE par personne (et environ 1 heure) en aluguer  et 17€ le retour directement à l’aéroport en taxi partagé avec un autre couple d’anglais.

FOGO : Sao Felipe à La Fora Ecologe : 1000 CVE (1 seul aluguer le matin donc pas le choix). Idem retour.

SAO VICENTE : Aéroport à Mindelo : 1000 CVE (pas d’aluguer). Idem retour.

SAO ANTAOS : du Port à Ribeira Grande, en aluguer : 420 CVE ALLER ET 450 CVE RETOUR, par personne.

💶 Change : pas mal d’établissements prennent les euros mais attention ce n’est pas toujours à notre avantage. Le taux actuellement en vigueur est de 1€ = 110 CVE et si vous payez en €, souvent le taux pratiquer est plutôt 1€ = 100 CVE. Les banques sont généralement ouvertes du lundi au vendredi de 8h à 15h.

De manière générale, la vie tourne (vraiment) au ralenti le samedi et tous les commerces sont fermés le dimanche, hormis quelques petits boui-boui et restaurants.

💧L’eau est un vrai problème à Cabo Verte. Aussi, elle n’est pas potable. Il faudra acheter de l’eau pour boire et se laver les dents. Il est bien plus économique et moins polluant (même si cette considération est loin d’être la priorité du moment dans ce pays et on peut le comprendre) d’acheter l’eau en bidon de 5, 6 ou 10L. Pensez à apporter vos gourdes pour les remplir. 1,50€ les 10L contre 0,60€ à 1€ une bouteille d’1,5L.

🗯 La communication est aisée. Les Cap Verdiens de moins de 65 ans sont tous instruits. Ils parlent le kriolu, un créole à partir de la langue portugaise mais aussi pour la plupart, le français, l’anglais, un peu d’espagnol parfois… bref, dans une même phrase, on peut employer plusieurs langues, on arrive toujours à se faire comprendre, hormis en zone rural où s’est un peu plus compliqué mais bon, on y arrive ! C’est une population souriante, qui affectionne tout particulièrement son pays, ces racines, sa terre. Ils sont vraiment super sympas et souriants, accueillants ! Un vrai plaisir. Une fois de plus, on se rend compte que le français est vraiment…grognon, grincheux... Bref, pas toujours agréable !

 

JOUR 1 à 4 : LISBONNE

Pour retrouver notre séjour, c’est ici !

JOUR 4 à 7 : BOA VISTA

Après la trépidation de la vie lisboète, on s’envole pour Boa Vista.

Boa Vista, c’est une île déserte. Pour dire, Mr Bon’heures au jardin, en regardant par le hublot, me demande : « C’est bizarre, l’avion descend mais il n’y a rien sur cette île ! ».

1

On nous avait dit que c’était une île où le tourisme était en train de se développer. Franchement, on a dû louper un truc car il n'y avait que très peu de touristes en ce mois d'octobre, de grands resorts abandonnés, le centre de Sal Rei était en travaux et ressemblait plutôt à un village endormi. Il semblerait que quelques resorts se soient déplacés. Dans tous les cas, on était pénard et on ne peut pas dire que les touristes nous aient dérangés, on en a vu si peu ! En même temps, on a déniché une pépite pour hébergement ! Un B&B, le long d’une piste de sable, à 5 bonnes minutes à pied du village de Sal Rei et à 5 minutes de la plage. On pouvait manger local pas trop loin.

A l'aéroport, des pancartes annoncent qu'à BOA VISTA c'est NO STRESS, RELAX☺️🆒. C'était parfaitement cela ! Pile poil ce dont j'avais besoin !😀

14

❤️Le MEILLEUR hébergement de nos vacances : Bed & Breakfast SEREIA AZUL, +238 9228300, www.bbsereiaazul.com ou résa possible via Booking.

Outre la déco créative réalisée avec goût, la chambre est très confortable. Le transfert depuis et vers l’aéroport est compris dans le prix de la chambre. L’emplacement est vraiment très bien, au calme et à proximité de la plage. L’espace commun est top. Propreté irréprochable. La chambre est faite tous les jours (avec le sable, c’est un vrai plus). Il y a la possibilité de faire une machine à laver pour 8€ (et ça quand on voyage ultra léger, c’est un luxe). Le petit déjeuner est le plus qualitatif que nous ayons eu de toutes nos vacances. Il est très copieux et vraiment extra, pas besoin de manger le midi ! Franchement, 11 sur 10 !!!!! 67€ la nuit, petit déjeuner compris pour 2 personnes. A cela s’ajoute la gentillesse et les bons plans de Laura (anglaise) et Kévin (Belge) en fonction de ce que vous aimez/souhaitez faire comme activité. LE TOP DU TOP !👍

2

34jpg

A Boa Vista, nous avons profité de superbes plages désertes aux eaux turquoise avec des dunes à perte de vue. Des dunes où l'on voit la mer : c'est plutôt improbable mais c'est bien le cas ici !

Praia de Chaves

12             11

 Après plusieurs kilomètres à pied, on arrive à la réserve naturelle de Morro de Areia.

9         8

♥️C’est super chouette et on peut marcher 🥾 durant des kilomètres sans voir âme qui vive ou bien seulement quelques locaux venus partager de bons moments en famille. J’adoooooore ! Prévoir de l'eau, car franchement ça cogne ! 🥵

7

On peut aussi farniente, ce qu’on a fait, un peu ! Boa Vista est une île dont les côtes sont propices à la nidification des tortues. Sur la plage cette journée là, c'est un crâne que nous avons vu. La tortue devait être âgée car la taille du crâne était importante.

13

 

On a loué un 4X4 pour une journée.

🚙Possibilité de louer un véhicule 7 jours sur 7 (précision importante car quasiment tout est fermé le week-end) à l’hôtel OURIL, en centre village, pour 60€ la journée, 150 kilomètres inclus, 200€ de caution à verser en cash. On a payé la location avec la CB histoire d’avoir une assurance, au cas où ! Nous sommes allés jusqu’à Cabo de Santa Maria voir l’épave d’un bateau espagnol échouée en 1968. Franchement, pas si évident que cela à trouver mais avec un peu de patience et de persévérance, vous atteindrez votre but ! Sinon, plus simple, vous réservez une excursion mais ce sera moins amusant (et plus cher) !

5

6

En passant par le charmant village de Rabil, nous avons rejoint le désert de Viana. Ce désert est improbable : il y a des montagnes autour !

15 RABIL         22

Ce sont les vents océaniques qui transportent le sable du Sahara jusqu’ici offrant ainsi un paysage particulier : sable, végétation et roche.

23 24

Mr a voulu jouer les aventuriers. Je lui ai dit que vu la finesse du sable, on allait probablement s’enliser. Loin de moi l’idée de penser que les femmes ont toujours raison 🤣 mais bon, sur ce coup-là, j’avais raison ! Résultat : on s’est enlisé ! Ben oui, c’est du vrai sable du Sahara donc il faut quelques notions de pilotage…. En plus, le 4x4 n’avait pas les 4 roues motrices fonctionnelles… mais ça on ne le savait pas ! Bref, on n’est pas encore prêt pour le Paris-Dakar ! Nous avons eu l’aide de Christiano, un cap-verdien. Il a fallu jouer de la pelle sous un cagnard pas possible et pousser le véhicule pendant que Christiano était au volant. Merci à lui !

🚙☀️😓💦🤣🤣🤣

Sur l’île, il y a quelques petits villages typiques.

21

Nous nous sommes arrêtés à João Galego, Fundo das Figueiras et Cabeça dos Tarafes. Nous avons laissé le 4x4 dans ce dernier village et avons continué à pied pour rejoindre ❤️ Odjo d’Mar. C'est un petit lac naturel qui est rempli après la saison des pluies. On peut s'y baigner. Il n'est pas évident à atteindre puisqu'il n'y a pas de signalétique et la seule indication que nous avions était de suivre le lit de la rivière (quasiment asséchée). Après le chemin (qu'on aurait pu faire en 4x4 mais comme on s'était déjà enlisé une fois et qu'on ne savait pas à quoi s'attendre, on ne s'est pas aventuré), nous avons cherché à descendre pour gagner ce qui était le lit de la rivière. Il faut marcher entre cailloux et roches. Nous recommandons de bonnes chaussures 🥾 (j’étais en sandalette de randonnée car mes vieilles chaussures de randonnée m’ont lâchées😅… je vous raconterai comment j’ai dû en trouver une autre paire…). Franchement, une superbe randonnée hors des sentiers battus avec un paysage qu’on ne soupçonnait pas du tout ! Vous ne croiserez que quelques ânes maigrichons et chose improbable : des colombes. On était scotché !

19

20

18

17

Boa Vista, ce n'est pas que de la plage et des dunes, il faut s'éloigner des côtes pour voir un tout autre visage de l'île.

16 sur la route du retour depuis Odjo d'mar

 

JOUR 7 à 10 : SANTIAGO

On s’envole de l’île de Boa Vista à l’île de Santiago. Atterrissage à Praia, la capitale. Changement de décor et d’ambiance ! On est passé des plages, dunes et désert au tumulte de la ville qui grouille de vie, de transports bondés… bref, à la vie authentique cap-verdienne où l’influence africaine se fait sentir et ce n’est pas pour nous déplaire !

14

9

15

Mission première : trouver une paire de chaussures de randonnée ! Après renseignement auprès des locaux, il faut se rendre au marché de Sucupira. C’est cool, on n’est tout proche.

♥️ Sucupira est incontournable : on y trouve un peu près tout, il est au cœur de la capitale et c’est de là que parte tous les transports collectifs pour l’intérieur de l’île.

En France, pour acheter une paire de chaussures, on choisit (et oui nous avons le luxe d’avoir le choix !) celle qui nous plait, on demande notre pointure, on essaie et si on est satisfait, on achète. Ici, ce n’est pas la même musique et c’est cool !  C’est aussi ce qu’on vient chercher dans des destinations comme celle-ci : le dépaysement par les paysages mais également par les choses du quotidien si différentes des nôtres qui me rappellent cette phrase de Nicolas HULOT dans Le syndrome du Titanic : « Nous qui avons tout et que rien ne satisfait, alors que ceux qui ont peu se contente de tout ».

Là, on ne procède pas de la même façon. Il faut déjà trouver une étale susceptible de répondre à notre besoin. A Sucupira, il y a de tout. De la nourriture, en passant par les sous-vêtements (petits seins, passez votre chemin, le mieux c’est de ne pas en mettre… en même temps avec cette chaleur moite, c’est une belle idée !), les meubles, les barbecues, les chaussures, les tissus… Un immense marché où il est fait bon se perdre dans les minuscules ruelles entre les échoppes. Un bel endroit pour observer le quotidien. Ne voyant pas de chaussures de randonnée, j’étais partie sur une paire de basket. Il faut communiquer votre pointure au marchand qui ensuite vous propose les chaussures qu’il a, plus ou moins à votre taille. Je ne suis pas convaincue par les deux paires de baskets que j’essaie (elles ne me tiennent pas suffisamment le pied) mais bon si pas le choix, je prendrai ça. J’explique qu’idéalement j’aurai préféré une paire de chaussures pour randonnée. Le vendeur s’absente un court instant et revient avec UNE paire de chaussures de randonnée, d’occasion, de la marque Merrell. La pointure : 38,5 pour un 37. Je ne fais la fine bouche, elles me tiennent la cheville, la semelle est bien, avec une bonne paire de chaussettes et bien attachées, ça fera l’affaire ! De toute façon, c’est ce qui se rapproche le plus de mon besoin et de ma pointure ! Après avoir machander (une pratique que j'adore ! dommage, elle ne se fait pas en France ou si peu), je repars avec pour 33€ !

C’est incroyable comment nos vieilles chaussures ou baskets retrouvent un second souffle après être passées dans les mains expertes des cap-verdiens.

 

♥️La partie historique de Praia se trouve dans le quartier « plateau ». L’endroit est assez dynamique et sympa. Il y a toute la partie administrative (le palais présidentiel, les différents ministères, …) dans des bâtiments colorés, un marché couvert traditionnel.... Il y a également quelques restaurants sympas pour sortir le soir.

10     11

3            2     

 

20  13

Amilcar Cabral est une importante figure politique au Cap-Vert. Il fût le chef principal des mouvements de libération des colonies portugaises. Il a été assassiné.

Un petit musée lui est consacré.

12

La ville a de nombreux végétaux.

16        17

Le passarinho est un oiseau emblématique du Cap-Vert que l'on retrouve sur la pièce de monnaie de 10 Escudos.

18

24        25

❤️On vous recommande le D-concept au 5 de la Rua Julho Pedonal. C’est un restaurant très agréable où il fait bon manger (en intérieur ou en extérieur) et boire de bons cocktails comme le fameux Caïpirinhas ou du vin. Concert certain soir vers 20h30. La soupe aux champignons est à tomber !

 

Le quartier résidentiel est à proximité des plages. C’est le nouveau quartier moderne de Palmarejo. Les plages ne sont pas exceptionnelles (il faut dire qu’après avoir vu celles de Boa Vista, forcément) mais suffisamment agréables pour faire une pause et dévorer un bon bouquin en sirotant une Caïpirinha.

♥️A Praia, si vous voulez vous faire un petit pique-nique ou si vous avez envie d’une petite douceur sucrée, on vous recommande la Pastelaria Kêro Artes & Belos, avenida Amilcar Cabral. Les encas salés et sucrés sont vraiment bons, pas très onéreux et vous pouvez les consommer sur place ou à emporter. Il y a une sorte de brioche à la noix de coco, elle est extra !

 

De Praia, il est facile de visiter Cidade Velha. Nous avons pris un transport collectif depuis Sucupira. Il vous en coûtera 100 CVE (soit 0,90 €) par personne pour environ 40 minutes de route (14 km). Départ du transport quand il est plein. C’est en empruntant les transports locaux que l’on s’imprègne du mode de vie de la population. On adore. Cidade Velha est le premier site cap-verdien inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco. L’ancienne ville de Ribeira Grande, rebaptisée Cidade Velha à la fin du XVIIIème siècle, a été la première ville coloniale construite par les Européens sous les tropiques. La ville fût d'abord un carrefour du commerce maritime entre l'Amérique, les Caraïbes, l'Afrique mais aussi l'Inde...pour devenir ensuite une plaque tournante du commerce triangulaire. Située au sud de l'île de Santiago, elle conserve une partie de son réseau de circulation et d'importants vestiges, dont deux églises, une forteresse royale et la place du Pilori avec sa colonne de marbre de style manuélin. Entre les marchands ambulant, vous verrez une colonne de plus de 500 ans, sur laquelle était effectuée, en public, les châtiments aux esclaves.

A 120 mètres d’altitude, surplombant la cité, la forteresse royale se visite : le billet d’entrée avec visite guidée (en français) vous coûtera 5€ par personne. C’est très intéressant d’autant que l’Histoire est en lien avec les corsaires et les pirates 🏴‍☠️ et ça, on aime bien ! Prévoir de l’eau si vous êtes à pied comme nous, car une fois encore, ça cogne 😎 ☀️! Possibilité de se restaurer dans le village, au bord de la plage et de poursuivre la visite de la petite cité en se baladant dans les ruelles avant de repartir. Vous pourrez également marcher dans le Rua da Banana, l'une des plus vieilles rues d'Afrique.

❤️ Nous vous recommandons vivement de faire une halte dans ce village, ancienne capitale du Cap Vert, et de vous imprégner de l’Histoire : de nombreux explorateurs s'y sont arrêtés ; les pirates attaquaient régulièrement l'endroit et un fort fût construit pour défendre la ville ; durant 300 ans, environ 12 millions d'esclaves sont passés par ce qui fût jadis une ville. Un lieu chargé d'Histoire.

5

6

7

8

 

JOUR 11 à 13 : FOGO

Matinée relax avant de prendre la direction de l'aéroport de Praia pour nous envoler pour l'île de FOGO.

Notre objectif : faire l’ascension 🥾 du point culminant de l’archipel, le volcan 🌋à 2829 mètres d’altitude.

21

Alors que nous attendons sur le tarmac, il y a comme un hic. Il faut rentrer à l'intérieur de l'aéroport car l'avion ne peut pas décoller suite à un problème administratif. RELAX🫠. On patientera 30 minutes avant de pouvoir embarquer.

Nous arrivons sur le petit aérodrome de São Felipe. On négocie un taxi car il n'y a pas d'aluguer. Notre hébergement est excentré, on est à 15 minutes de São Felipe. Après le tumulte de la capitale, on a opté pour un hébergement écolo avec un grand jardin avec un p’tit bar/resto qui sert ce qu’il cultive, au calme, en pleine nature et surprise, c'est un poil en altitude alors il fait un peu plus frais ! On profite de ce magnifique environnement paisible🫶.

♥️La Fora Ecolodge est un hébergement qui nous a plu. Outre le concept et la literie très confortable, le vrai plus est que nous sommes au cœur d’une nature luxuriante, que les légumes, les aromates, les fruits cuisinés proviennent de l’immense potager ou des producteurs locaux, comme le fromage de chèvre de FOGO.

3     13

On est passé par notre hébergement, la Fora Ecolodge, pour organiser, en dernière minute🆒, notre transport jusqu'au volcan et l'ascension avec le guide. Nous n'avons pas payé plus cher que par une agence et pas plus cher qu'en étant hébergé au pied du volcan (l'option que nous avions initialement retenue). En effet, nous devions dormir au pied du volcan mais le seul horaire de l'aluguer (pick up qui sert de transport collectif, peu onéreux) depuis l'aéroport ne convenait pas et prendre le taxi coutait vraiment trop cher : 6000 CVE de São Felipe à Chã das Caldeiras et 6000 CVE de Chã das Caldeiras à la Fora écolodge. Il faut ajouter 6000 CVE pour la randonnée. On a donc opté pour dormir à la Fora Ecolodge, prendre le taxi à 6h le matin et rejoindre le guide à 7h au pied du volcan. Au final, notre dépense revient au même : ça revient moins cher en transport (8000 CVE l'aller/retour) et 6000 CVE (pour la randonnée (que nous deux avec le guide) pour l'ascension du Pico do Fogo (5000 CVE) et la descente par le Pico Pequeno (1000CVE) à 1920 m d’altitude soit 14 000 CVE au lieu de 18000 CVE mais notre hébergement était plus onéreux mais aussi plus confortable et en pleine nature. On a privilégié un mode d’hébergement durable plutôt que le transport.

♥️Franchement, l'ascension du Pico do Fogo à 2829 mètres d’altitude vaut le coup.

4

 C’est le point culminant de l’archipel mais aussi l’un des volcans les plus actifs de la planète. On marche entre cendre et roche, ça grimpe sévère parfois mais on adore ce type de terrain 👍! Retournez-vous et admirez le paysage !🤩

15

Une fois au sommet, vu sur le cratère où quelques fumerolles de souffre s’échappent encore.

16

La descente vers Pico Pequeno restera une chouette expérience🤩. C’est le cône latéral à 1920 mètres d’altitude qui est entré en éruption en 2014.

Il a fait énormément de dégâts matériels mais aucune victime. Il a émis des fontaines et des coulées de lave plusieurs mois durant. De nombreuses maisons ont été englouties et la route coupée. Actuellement, le volcan somnole... il n'est pas réveillé mais il n'est pas complètement endormi. Fascinant ! Pour l’atteindre depuis le sommet de Pico do Fogo, on suit la crète du sommet. Ensuite, on descend entre la roche et on mesure toute l'ampleur de l'activité du volcan par quelques cheminées qui dégagent une forte chaleur émanant du sol. Nous avons une vue sur la caldeira et les coulées de lave : on prend concrètement conscience des dégâts occasionnés par cette irruption. Les coulées les plus noires sont les plus récentes (2014) tandis que les brunes sont les plus anciennes (1951) ; entre les deux nuances, les coulées de 1995.

Enfin, la longue descente finale qui permet d’atteindre le Pico Pequeno se fait dans une sorte de poudreuse de pouzzolane. Excellent ! Surtout très drôle.

1

Mais où est Mr Bon'heures au jardin?🤔

 17

Vous le voyez?😣

22

On a bien rigolé ! Des gosses !😃🤣

Ci-dessous, la trace qu'on a laissé dans la poudreuse poussière de pouzzolane ! 😂

18

Une fois sur le Pico Pequeno, on peut observer et sentir les émanations de souffre qui se dégagent encore.

20

Pour regagner le village, on marche dans la cendre, au milieu d’un paysage ponctué de tâches vertes.

14

La terre est fertile et le climat propice à la culture de pommiers, figuiers, grenadiers, courges, haricots, poivrons, cognassiers, pommes de terre, maïs, poivre… et aussi de la vigne. Le vin produit est le Manecon, vin artisanal rouge ou blanc. Nous l’avons dégusté en sauce, accompagné d’espadon : un régal !

Chèvres, ânes, vaches et volailles permettent aussi à la population de produire du fromage, du beurre…

On aura mis 4h43 💪pour une randonnée donnée entre 6h à 7h. Notre guide était super sympa, on a passé un chouette moment😉. On a aussi compris pourquoi certains villageois n’ont pas quitté cette terre même si les conditions de vie ne sont pas si simples. On vous recommande vivement cette ascension. Après celle-ci, vous pouvez manger dans le village. Il y a quelques petites pensions qui se feront un plaisir de vous servir un bon repas préparé avec des produits locaux. C’est important de soutenir l’économie locale.

 🌋🥾💚🤩🌋🥾💚🤩

Même si ce n’est pas un incontournable selon moi, on avait le temps alors on a fait le tour de l'île de FOGO. Il faut prendre un taxi, il vous en coûtera 8000 CVE pour un chauffeur/guide à la journée. Cette visite permet de voir plusieurs villages, plus ou moins grands mais également de voir que la ville (600 habitants) de MOSTEIROS est un jardin à ciel ouvert entre mer et montagne de lave. C’est la ville la plus à l'Est de l’île.

10

Le travail de cette terre volcanique et l’hygrométrie favorable offre une végétation luxuriante et foisonnante. Ainsi, pousse un café qui abreuve le pays, des bananes, des agrumes, des mangues, des goyaves, des papayes, des avocats, des haricots, des courges, de la salade, des tomates, des pommes de terre…. une multitude de fruits et de légumes.

11

12

C'est sympa de faire une halte à LAS SALINAS. On peut observer les pêcheurs et se piquer une tête.

9

8

♥️Au pied d’une plage de sable noir, la ville principale de l’île, SAO FELIPE vaut le détour. Elle semble figée dans le temps. Une halte s’impose pour découvrir son charme colonial.

2

    7          6

L’île de FOGO offre un vrai contraste entre le volcan sombre d’un côté et la végétation verdoyante de l’autre. Encore plus flagrant vu du ciel, lorsque vous partirez et arriverez par avion.

 

JOUR 14 et 15 : SANTIAGO

Depuis l’île de FOGO, il faut repasser par SANTIAGO. Il n’y a pas d’autres possibilités.

Je me suis plantée d’une journée dans le choix du vol. Pas possibilité de changer. Du coup, on ne passera que 24h à ACHADA LEM, petit village tout proche du parc Serra Malagueta, dans le centre de l’île de SANTIAGO.

Une fois à l’aéroport de PRAIA, on négocie un taxi pour gagner le centre névralgique des transports : le marché SUCUPIRA. De là, on cherche un alluger. Comme on va dans un petit village, nous voulons être bien sûr de ne pas nous tromper de direction. La bienveillance et la gentillesse de la population, toujours prête à nous aider, fait que l’on comprend qu’il n’y a pas de transport direct et qu’il faudra faire un changement à ASSOMADA. Aucun problème, c’est parti ! Nous allons déposer nos affaires à notre hébergement et déjeuner à Coté de France à ACHADA LEM. Pour s’y rendre, deux possibilités :

-          Prendre un taxi depuis l’aéroport de PRAIA. Il vous en coûtera entre 4000 et 5000 CVE (environ 50 minutes)

-          Prendre un alluger depuis SUCUPIRA, changement à ASSOMADA : 300 CVE par personne (environ 1h20)

Nous avons évidemment opté pour l’alluger. Ambiance à l’africaine garantie et franchement, j’adore !

24

❤️: Bed & Breakfast et restaurant TIP TOP en zone rurale : COTÉ DE FRANCE. Magali vit dans ce petit village avec son mari depuis plus de 20 ans. Elle connait très bien l’île de SANTIAGO et est de très bon conseil. Investie dans la communauté locale, elle favorise la formation des jeunes au métier de l’hôtellerie et de la restauration. Elle aide également les enfants et les adultes dans leur apprentissage (lecture…). Une belle personne offrant des chambres très confortables et fonctionnelles, à la décoration soignée. La terrasse avec vue et la cour offre des espaces communs très agréables. TOP !  Propreté irréprochable. L’emplacement est pratique car tous les allugers passent devant la maison : nous pouvons rayonner sur toute l’île. Aussi, plusieurs chemins de randonnées sont facilement accessibles dans les environs. Expliquez à Magali ce que vous voulez voir, elle vous dira comment faire et vous conseillera en fonction de vos centres d’intérêts (plage, randonnée, marché…). Le dîner est excellent. Pour 9,50€, vous avez entrée, plat, dessert : que du local et du fait maison : EXTRA ! Le petit déjeuner est copieux et excellent. Les viennoiseries sont faites maison. C’est un 10 sur 10 ! 35€ la nuit, petit déjeuner compris pour 2 personnes. Rien à redire ! Notre seul bémol : n’y avoir passé qu’une nuit !

Ragoût à base de pommes de terre, de bananes vertes, carottes et viande.

13

Après déjeuner, on prend un alluger pour se rendre à TARRAFAL. La route est magnifique 🤩! Ce village de pêcheur est très agréable. Il fait bon y flâner.

6

4105

2

Le lendemain, notre matinée est consacrée à la visite du fromager, dans la vallée de Boa Entrada!

8

Késako ? Probablement l’arbre le plus vieux du Cap-Vert. Il aurait environ 800 ans. GIGANTESQUE 😮!

11    12

La vallée est très fertile. Ouvrez l'oeil, c'est aussi l'occasion de voir l'oiseau emblématique du Cap Vert.

7

Après le déjeuner, on part pour l’aéroport de PRAIA car en fin d’après-midi, on s’envole pour l’île de SAO VICENTE.

 

 JOUR 16 à 18 : SANTO ANTÃO

Après une nuit à SÃO VICENTE, nous prenons le bateau pour l’île de SANTO ANTÃO. Il n’y a pas de possibilité de faire l’île de SANTIAGO à l’île de SANTO ANTÃO directement ; il faut impérativement passer par Mindelo, à SÃO VICENTE. Pas de vol, seul le bateau permet de s’y rendre.

Un ferry, tout nouveau, tout beau, permet de relier quotidiennement le port de MINDELO, Porto Grande, au port de SANTO ANTÃO, Porto Novo. Un p’tit détail 😉: les Capverdiens nomment Santo Antão, Sentonton. Vous pouvez prendre le billet Aller-Retour directement à la gare maritime, au port de Mindelo. Il y a deux compagnies : CV Interilhas et Mar d’Canal mais nous n’avons pas vu le bateau de cette dernière assurer des rotations. Nous avons payé 1600 CVE/personne, l’Aller/Retour. La traversée dure environ 45 minutes. A cela s’ajoute 15 à 20 minutes pour stationner le ferry. On ne veut pas être moqueur, mais la situation était cocasse😆. En même temps, nous avions de l’empathie pour le pilote du rafiot qui n’arrivait pas à le garer ! Le ferry est tout récent et si nous avons compris, d’une taille bien plus imposante que le précédent. Du coup, on a eu l’impression qu’il ne maitrisait pas toute la subtilité de la manœuvre !

Une fois à Porto Novo, nous avons pris un alluger pour rejoindre notre hébergement à RIBEIRA GRANDE. Il y a environ une heure de route, cela dépend du nombre de fois que le chauffeur s’arrête 😁✌️ ! Modeste capitale de l’île, RIBEIRA GRANDE est un bel endroit pour rayonner sur toute la partie Nord de l’île.

Parmi les 5 îles que nous avons visitées, les capverdiens sont unanimes : Sentonton est la plus belle île du Cap Vert. C’est vrai qu’elle n’est pas mal et pour les férus de marche, c’est The place to be !👍🥾

🥾🥾🥾Nous avons opté pour les 3 randonnées suivantes 🥾🥾🥾:

🥾   La vallée de Xôxô : Une fois à Xôxô, l’aluguer me dépose au bout d’un chemin. Pad le choix, on ne peut pas aller plus loin, il faut marcher. Okay ! Une charmante jeune femme (Dé… j’ai oublié son prénom, il était compliqué) rentre chez elle.

2

Elle m’invite à la suivre pour aller poser son sac en m’expliquant qu’elle m’accompagnera à un point de vue pour m’expliquer le chemin. C’est comme cela que je me suis retrouvée chez elle. Elle m’a présenté ses enfants et la grand-mère. Ce fût l’opportunité de voir comment s’organisait ces habitations accrochées à la montagne. Sa maison n’était pas très grande, il y avait 4 pièces, de la terre battue au sol, meublé de façon rudimentaire, au confort spartiate. La jeune femme me propose plusieurs bananes. J’étais gênée. Cette famille a si peu.

Après ce charmant accueil, elle m’accompagne tout en bas et me dit de cheminer à travers les jardins. Elle me dit aussi de ne pas traîner car il fait sombre plus rapidement qu’en plaine. Je me faufile entre espaliers en pierre et haute végétation.

2

La culture du taro est très présente dans la vallée.

4    5

Puis, j’arrive sur une partie plus dégagée, avec des hautes herbes et là franchement, aucun cheminement ne se dessine, aucune trace de rien au sol, la vue est bouchée par l’enchevêtrement de montagne. Je décide de rebrousser chemin en espérant que ma mémoire ne me fasse pas défaut car cheminer à travers les jardins en espalier dans une végétation dense et plus grande que moi n’aide pas à se repérer. Je croise un capverdien, un peu surpris de me voir sortir de la végétation mais souriant. Je lui explique là où je voulais aller mais que je ne trouve pas le chemin…je ne parle pas le crioulo. Mais comme toujours au Cap Vert, avec un soupçon d’anglais et un poil de français, on s’en sort. Comme il fait sombre relativement tôt dans les montagnes, il me conseille de poursuivre le chemin en sens inverse, comme je fais. Je ne regrette pas du tout cette escapade dans les jardins de Xôxô. C’est incroyable ce que ces montagnes cultivées sont fertiles. La plupart des hommes et des femmes passent beaucoup de temps dans leur jardin. D’ailleurs, quand on les croise, ils ont souvent un plan de quelque chose dans la main.

6

7

 Rassurez-vous, il y a un itinéraire classique plus facile d’accès en partant de plus bas pour faire cette belle vallée.

Pour rejoindre Ribeira Grande, j’ai marché sur la route qui offre un cadre très chouette, jusqu’à ce qu'un alluger passe par là.

 

🥾   ❤️ La vallée de Paul : Nous avons rejoins le cratère de Cova en alluger mais rien que pour nous car visiblement, il n’y avait pas foule qui allait à cet endroit. On a négocié un prix correct : 2000 CVE et le chauffeur était vraiment cool car il nous a fait une visite guidée sur tout le chemin avec de nombreux arrêts pour nous expliquer les lieux, les cultures, la vie rude car les habitations sont très isolées… C’était trop beau et intéressant !

10

On voit les habitations traditionnels faites avec les toits en bambou, bananier et sisal. C’est un vrai point fort du Cap Vert : où que vous habitiez, il y a un ramassage scolaire pour que tous les enfants puissent avoir accès à l’éducation. C’est TOP !

Une fois au niveau du cratère, le panorama est grandiose. Ce cirque, désormais voué à la culture, rappelle le passé volcanique de l’île. Notre randonnée commence ici.

11

Si vous souffrez des genoux, cette randonnée n’est pas faite pour vous ! La dizaine de kilomètres pour rejoindre Vila das Pombas (Paul) au bord de l’océan est essentiellement en descente !

Nous cheminons à travers les potagers en espalier pour sortir du cratère. Une fois en haut : WAOUH ! Quel panorama ! Vous voyez l’océan au loin ? C’est là qu’on va ! Pour se faire, il fait emprunter le chemin de pierre des muletiers, aux 77 virages.

12

9

On traverse de minuscules villages, la végétation est luxuriante, les plantations fructifient, les cultures sont nombreuses (sucre de canne, papayes, bananes, courges, haricots….), les fleurs abondent…. C’est génial, on chemine dans un gigantesque jardin ! On arrive au village de Cha de Manuel dos Santos. On y a fait une halte pour boire un très bon café pour Mr et un excellent jus de mangue pour moi. Avec tous les fruits… n’hésitez pas à boire des jus. Les locaux font attention et veillent à nous les servir avec de l’eau minéral.

13

14

On poursuit notre chemin pour arriver à Vila das Pombas (Paul).

15

❤️On déjeune à CasaMaracuja ! C’est un peu isolé du centre mais l’endroit est très agréable, propre et c’est super bon ! Que des plats locaux à prix doux ! J'ai opté pour une cachupa, LE plat cap-verdien national. Ici, elle était servi avec un oeuf au plat et de la saucisse locale linguiça.

19

🥾   Ribeira das Fontainhas : FONTAINHAS a été élu, il y a quelques années, comme étant l’un des villages les plus pittoresques du monde par le célèbre magazine National Geographic. Le village coloré est comme suspendu, entouré de montagnes déchiquetées.

18

Il est accessible depuis PONTA DO SOL par un chemin côtier.

17

Insolite : la porcherie en plein cagnard avec vue sur l’océan !

16

Le chemin est facile et très agréable : à chaque virage, une nouvelle vue sur l’océan avec un paysage de montagne différent.

🥾🥾🥾

🩺Si vous avez un pépin de santé, vous pouvez vous rendre à l’Hospital Dr. João Morais de RIBEIRA GRANDE. On a testé et vraiment, rien à dire. Vous accédez par les urgences et vous aurez une consultation avec un médecin et une infirmière pour 1500 CVE soit 13,5€. La pharmacie n’est pas très loin pour acheter le nécessaire prescrit sur l’ordonnance.💊

 

Avant de prendre le ferry pour le retour, on vous conseille de déjeuner dans un tout petit restaurant, au milieu de la rue, derrière celle qui fait face à la gare maritime. C’est une sorte de cantine. Les ouvriers viennent y déjeuner. C’est local, bon et pas cher. Une cachupa pour 2,26€. C’est la meilleure que j’ai mangée et aussi la moins chère !

 

JOUR 19 à 21 : SÃO VICENTE

Nous voici désormais à Mindelo sur l’île de SÃO VICENTE, l’île de la célèbre « diva aux pieds nus », Cesária Evora.

13

C’est la capitale culturelle du pays ! La musique est omniprésente et ce n’est pas pour nous déplaire🎶. La baie de Mindelo est des plus agréables. Il règne ici une ambiance festive, décontractée, pleine de vie entre charme colonial et modernité😎. La visite de la ville agréable : il y a plusieurs marchés où il fait bon flâner et capter l’ambiance locale : marché aux légumes dans une belle bâtisse, marché aux poissons, marché de la Praça Estrela avec de nombreux vendeurs et également des Azulejos portuguais à admirer - c’est également le point de départ de nombreux transports en commun, bus et aluguer ; la réplique de la Tour de Bélem,… de petits commerces, des espaces dédiés à la culture, la plage… Il y a de quoi faire. Une autre facette du Cap Vert !

9    11

14

8

12

10

7

Aussi, une des plus belles randonnées à faire dans le coin vaut le détour. Pour avoir un panorama de ouf ❤️, il faut grimper à Monte Verde, la montagne verte contrastant ainsi avec le reste de l’île, plutôt aride. On a pris un bus qui nous a déposé à proximité de la route pavée qui y monte. On a parfois coupé à travers champs, histoire de varier les plaisirs ! Une fois au sommet, la vue est WAOUH ! On voit même les îles de SANTO ANTÃO et de SANTA LUZIA. Dans la minuscule cabane en pierre, possibilité de boire un café ou une boisson.

1

6

3

4

5

Pour redescendre, on a pris un petit chemin de traverse qui était plus agréable que la route pavé. On le voit d’en haut. Une fois que nous avons rejoint la route, on a marché et on a fini par faire du stop. Il y a très peu de véhicules qui passent mais la seconde voiture s’est arrêtée !

2 

❤️ Pour l’hébergement, nous recommandons Vanilla Residensial : 30,50€ la nuit, petit déjeuner compris pour 2 personnes. Nous avions pris une chambre avec terrasse et vue sur la baie de Mindelo. La chambre est très spacieuse et confortable. Propreté irréprochable. L’emplacement est très bien. Kathy est une jeune femme très gentille, dynamique et bienveillante. Le petit déjeuner est copieux et assez qualitatif. C’est un 9,5 sur 10 !!! Rapport qualité/prix TIP TOP !!!!

🥘Pour se régaler, voici 2 endroits que nous avons particulièrement appréciés :

❤️ Pizzeria Bella Napoli. Un peu galère à trouver mais si vous avez accès à une connexion, Google Maps vous y conduira. Maps.me en revanche, ne connait même pas le quartier, bizarre ! On a quand même trouvé, il faut demander son chemin. Lors de notre passage, la pizzeria était ouverte tous les soirs de 19h à 23h. Les meilleures pizzas de l’île et qui sait, de Cabo Verde. Les locaux ne s’y trompent pas : ils viennent pour les déguster sur place ou à empoter. Le pizzaïolo est italien et maitrise parfaitement l’art de la pizza. Cela faisait bien longtemps que je n’en avais pas mangé une aussi bonne ! Un régal ! Compter entre 800 et 1000 CVE la pizza composée de produits de grande qualité.

❤️ Le Métalo, très facile à trouver. Ce bar-restaurant offre un cadre très agréable, des concerts tous les mardis, jeudis et samedis soir, un bar très sympa et une nourriture locale mais aussi internationale tapas, burger ou panini. Les produits utilisés pour confectionner les plats sont locaux, quasiment tout est fait maison même l’ice tea : l’occasion de boire un bon bisap !

🍹Pour boire un verre, il y a des tas d’endroit, celui-ci nous a bien plu :

❤️La Caravela au bout de la plage de Laginha : ambiance cap-verdienne assurée dès 17h avec vu sur plage et musique. Excellent cocktail !

 

JOUR 22 : départ de SÃO VICENTE et retour en France via Lisbonne. 

 

 

Bilan des 3 semaines :

1 capitale Européenne visitée

5 îles de Cabo Verde explorées

8 décollages

une 10aine d’aluguer négocié

1 paire de chaussures de randonnée achetée au marché de Sucupira

1 bus pris de Mindalo à Monte Verde, 3 taxis empruntés, 1 fois en stop

300 km parcourus à pied

9 lits différents

le désert de Viana où nous nous sommes enlisés !

l’ascension de Fogo et la descente par le petit Pico en 4h43 !

nos plus courts trajets en avion

la première fois dans un avion à hélices

voyager en mode roots et ça, ça fait du bien !

 13 kg de bagages pour 2

descendre des litres de flotte pour étancher notre soif insatiable

rencontrer de très belles personnes

bien rigoler

 LE TOP : le dépaysement, la nourriture, la gentillesse et l'honnêteté de la population.

 🇨🇻🌋😎🐢🎼🥾🌴👙

 

 Vivement le prochain voyage ! En attendant, je vous retrouve dans notre jardin tout bientôt ! 

Belle fin de semaine !