L'île d'EYSTUROY est la seconde plus grande île de l’archipel après celle de STREYMOY. Je l’ai faite en deux parties, un jour le Nord (3ème jour) et un autre jour (6ème jour), le Sud. Le fait d’avoir pris plusieurs hébergements à des endroits différents m’a fait optimiser les déplacements et en même temps profiter d’un maximum de lieux 👍.

Je quitte Kvikik, la brume est au rendez-vous en ce 3ème jour. Il se dégage du paysage comme une atmosphère mystérieuse.   

1

Une fois n’est pas coutume, les oiseaux sont partout. Je n’ai pas su identifier toutes les espèces rencontrées mais il y en a un paquet. A priori, plus de 300.

2

Je fais une halte pour voir la plus haute cascade des Féroé : Fossá qui est sur l’ile de STREYMOY mais que l'on voit en entier depuis l'île d'EYSTUROY. C’est un enchainement de trois cascades qui termine sa course dans l'océan. Entre la seconde et la troisième (en bas), il y a la route.

3

25

Alors que je roule, le ciel semble quelque peu s’éclaircir 😀.

4

Il est très fréquent de voir de grandes fermes d’élevage de saumons. L'aquaculture aux îles Féroé est spécialisée dans la production de saumon de très grande qualité. L’élevage constitue une part fondamentale de l’économie de l’archipel.

A Ljósá, les nuages s’évaporent pour laisser place à un magnifique ciel bleu 😎.

5

L’arrivée dans le village d’Eiđί est tout juste magnifique 🤩: la palette de couleurs me ravie !

6

8

Depuis Eiđi, il est possible de faire l’ascension de Slættaratindur. Le plus haut sommet des Féroé culmine à 882 mètres. La randonnée n’est pas très difficile apparement. L’autre point d’intérêt d’Eiđi est Risin og Kellingin, le géant et la sorcière. Comme bien des légendes, les versions diffèrent quelque peu. Dans l’idée, ces deux pitons rocheux de 71 mètres  pour le géant (le plus éloigné de la falaise) et  68 mètres pour la sorcière (la plus proche de la côte) étaient des êtres vivants. En provenance d’Islande, Mr était un pêcheur accompagné de son épouse, enceinte. Comme ils trouvaient les îles Féroé très belles, ils voulaient les ramener en Islande.  En voulant les tirer, une partie de la falaise se détacha mais ils n’arrivèrent pas à les faire bouger. Lors d’une einième tentative, les deux époux se firent surprendre par le lever du jour. Les premiers rayons du soleil les changèrent en statue de pierre. Cette photo a été prise depuis la route Um Eidishako (route 61).

24

La route sinueuse chemine au travers la montagne, les moutons jalonnent les prairies alentours. Le temps est lumineux, le soleil chauffe (il faut 13°C), le calme règne… je profite des prairies et des moutons ainsi que de cet oiseau, l'huîtrier pie, qui les accompagne très souvent 🐦🐏.

7

8

Au fil des kilomètres, le temps change une nouvelle fois : c’est le retour de la brume. Je suis de nouveau dans un épais brouillard, on ne voit pas à 2 mètres 🙄!

Je fais une pause tisane sur un rocher et attend de voir ce qu’il cache lorsqu’il se lèvera. Il est tenasse et me laisse seulement entrevoir la route qui mène au village de Funningur.

9

Funningur dévoile des fjords mais je n’ai pas vu grand-chose 😉!

17

J’arrive à Gjógv, un des plus beaux villages des Féroé, dans une vallée.

11

Propice à la randonné, l’endroit est très charmant et paisible (comme partout au Féroé). Le village de Gjógv a la particularité d’avoir eu son port dans une brèche étroite de la falaise. Le port n’est plus en activité. Il est à côté du village, en contrebas.

10

A proximité du port, une randonnée payante (50 DKK) part du petit café, tout près du port. Après avoir monté le grand escalier de bois, poursuivez le chemin en longeant la clotûre. Ouvrez l’œil 👀, il peut y avoir des macareux !

12

23

15

Une fois en haut, emprunter la petite échelle pour passer la clotûre et poursuivre jusqu’à la cascade.   

14

13

En longeant la côte... je pense qu'il est possible d'atteindre le sommet Slættaratindur. Le temps brumeux n'engage pas à poursuivre la balade. Sur le chemin du retour je ne voyais plus rien tellement la brume était épaisse ! Cela m'a rappelée la BD Astérix chez les Vikings où régulièrement les personnages se retrouvent, d'un coup, dans le brouillard ! La brume galopante confère au lieu une ambiance mystérieuse, c’est particulier mais franchement, j'ai adoré 😀 !

De retour au village, on y voit davantage.

22                          16     

Après une pause pique-nique au bord de l'eau, je reprends la route.

18

Au loin, Funningur depuis la route qui mène à Elduvίk.

19

 A Elduvίk, il pleut à verse ☔️ mais grâce à ma superbe veste waterproof, pas de problème !  MERCI MR 💋 !

20

21

Vous voyez devant la maison, il y a une poussette landau. Il pleut à verse mais un bébé dormait dedans. J'ai vu sa maman venir jeter un oeil ! Nous avions déjà vu ce principe en Laponie Finlandaise.

32

Je termine cette journée pluvieuse par Oyndarfjørđur. Il faut emprunter la route 63. Pas de photos car… plus de batterie 🤦‍♀️💩!

 

J’ai fait le sud de l’île d’EYSTUROY le matin du 6ème jour, avant de rejoindre l’île de STREYMOY. La pluie était au rendez-vous sans discontinuer.

C’est dommage car je pense que le lac de Toftavatn mérite qu’on s’y attarde le temps d’une petite balade et/ou d’un pique-nique.

31

 Æđuvίk

27

Tous ces endroits sont paisibles. Il y a peu d'habitants dans ces contrées.

28

29

Nes est un village un peu plus important. Il y a des vestiges de la Seconde Guerre Mondiale (et oui, elle est arrivée jusque là 😞!) et l'église Fríðrikskirkjan (église Frédéric). C'est une église récente, conçue par l’architecte féroïen Høgni Würdig Larsen. 

30

 C'est ma dernière halte avant de quitter l'île d'EYSTUROY pour rejoindre l'île de STREYMOY par le nouveau tunnel Esturoyatunnilin. Il fait plus de 11 km et il a un rond-point. Depuis l'île d'EYSTUROY, il permet de rejoindre Tórshavn ou une autre partie de l'île d'EYSTUROY. Truc de OUF 😯! 

26

 

 Nous voilà désormais sur l'île de STREYMOY.

J’arrive à Tórshavn, petite capitale quelque peu endormie mais néanmoins des plus charmantes.

46

Je me gare sur le port (parking gratuit, durée illimitée) et m’empresse de trouver la boulangerie Breyðvirkið. Cela fait bien longtemps que je ne me suis pas mise une petite gourmandise bien sucrée sous la dent ! Tout est écrit en féroïen alors je me fie à mon instinct de gourmande et je déguste une pâtisserie à base de canelle. Miam, un p’tit peu de douceur sous cette pluie incessante ! Délicieux !

47

Je poursuis ma visite dans le quartier historique Tinganes. Sur cette digue, qui sépare la baie de Tórshavn en deux ports, ce tient le petit quartier qui abrite les plus grandes institutions de l’archipel. Il y a 1000 ans se tenait la première assemblée féringienne. C’est le plus vieux parlement du monde toujours en activité.

48

Même les chats kiffent la pluie ici ! Il faut dire qu’avec 260 jours de pluie par an… il faut s’accomoder !

44

 

45

43

34

Déambuler dans les ruelles est un moment très sympa (même sous la pluie) tellement les maisons sont charmantes!

 42

L’endroit est paisible, il doit faire bon vivre ici. J’ai remarqué que malgré les grands espaces qu’offrent ces îles, la promiscuité est de mise. Souvent les habitations sont très rapprochées avec de petits terrains qui n’ont pas souvent de clôtures. J’ai beaucoup apprécié les jardinets et les devant des maisons. Les féroiens ont à cœur de soigner leurs extérieurs si petit soit-il, c’est vraiment chouette !

41

Passage obligé à la plus ancienne librairie d’Europe, la H. N. Jacobsens Boghandel.

Inutile de chercher un Tintin ou un Astérix en féroïen, j’en a pas ! Il n’existe qu’en danois.

39 40

Le fort de Skansin offre une vue panoramique sur la ville de Tórshavn. Initialement construit pour résister aux attaques des pirates du Moyen Âge puis détruit et reconstruit au fil des siècles, le fort fît remis en état lors des guerres napoléoniennes. Durant la Seconde Guerre Mondiale, Skansin est devenu le QG de la Royal Navy.

Le fort est facilement repérable puisqu’il est « coiffé » d’un phare.

38

37

Complètement de l’autre côté du port, une statue représentant une femme entrain de faire la lessive. Tórshavn compte plus d’une quarantaine de statues éparpillées partout dans la ville.

33

L’aviron est le sport roi des îles Féroé. Il est très fréquent de voir les féroïens s’entraîner sur des bâteaux en bois traditionnels, descendant des drakkars vikings. L’équipage se compose de plusieurs rameurs ou rameuses et d’un barreur. Il y a régulièrement des compétitions à la belle saison (mai à août).

36

30jpg

J’aime tout particulièrement le contraste des maisons noirs au toit d’herbe et les bâtiments plus modernes et colorés. Comme le temps semble souvent maussade, cela donne du pep’s !

 

En dehors du centre ville, ouvrez l’œil. Il y a des maisons avec des architectures plus contemporaines coiffées de toits en herbe. Excellent ! C’était aussi surprenant de voir que des chevaux étaient comme des chiens dans leur jardin, en pleine ville.

35

 

Kirkjubøur peut être atteint depuis Tórshavn à pied en 2h (retour en bus possible). Je n'ai pas retenu cette option et c’est tant mieux car il pleut toujours. Je fais la dizaine de kilomètre en voiture.

Au Moyen-Age, Kirkjubøur était le diocèse de l’archipel et renfermait ainsi le plus important patrimoine religieux des Féroé.  

Désormais, il subsiste dans le village la seule ruine historique des Féroé, la cathédrale Saint-Magnus en date du XIIIème siècle. Cathédrale exceptionnelle puisqu’elle n’a jamais pu supporter un toit !

51

50

Il y a également l’église Saint-Olav qui est la plus ancienne de l’archipel toujours en activité. Elle date du XIIème siècle. Et ce n’est pas tout, c’est ici que l’on trouve la plus ancienne maison en bois d’Europe.

52

 Cet ancien évêché aurait 900 ans. Des vikings y ont vécu. Depuis plusieurs siècles, elle est propriété de la famille Patursson. Elle est toujours habitée.

Vous pouvez faire une petite balade dans le village et admirer les très belles maisons au toit d’herbe.

49

 

Une journée bien remplie qui s'achèvera à Vetmanana, là où j'avais réservé un des mes trois hébergements.

53

 🐏🐏🐏🐏🐏🐏🐏🐏🐏🐏

J'ai visité le nord de l'ile de STREYMOY, le lendemain (7ème jour), toujours sous la pluie. Cela tombe bien, il paraît que Saksun est encore plus beau sous la pluie puisqu'un nombre important de cascade dévale la montagne et le blanc de l'eau contraste avec le vert des prairies. Je confime !

58

On atteint facilement ce village isolé par une route sinueuse et très peu large. C'est d'ailleurs assez impressionnant car avec toute cette pluie les torrents sont bien gonflés et la route est parfois très proche de l'eau. Ce n'est pas le moment de faire une sortie de route !

 Village à flanc de colline figé dans le temps, on se croirait dans un décor de cinéma.

59

Dans ce décor naturel exceptionnel, l'église blanche (1858) capte le regard avec son toit végétal, toute proche d'une baie d'eau de mer, entourée de montagnes dans laquelle la mer ne pénètre quà marrée haute. Il pleut vraiment pas mal mais j'ai la banane😀 : c'est juste fabuleux et je mesure la chance que j'ai de profiter d'un tel paysage. Il n'y a pas à dire, la nature ne manque pas de ressources pour nous en mettre plein la vue !

55 54

56

Quelques vieilles maisons de pierre au toit d'herbe subsistent tout commes les hjallurs, abris en bois ajourés utilisés, encore aujourd'hui, pour faire fermenter les aliments (morues, baleines, moutons), des cascades, quelques animaux. Rien de plus. Bienvenue dans ce fabuleux endroit des plus paisibles où le temps semble s'être arrêté !

57

La ferme Dúvugarður, en date du 17ème siècle, est toujours en activité.

60

 Je me dirige désormais vers le village de Tjørnuvik. Je passe devant la cascade de Fossá,

72        71

puis je fais une halte à Haldarsvík pour voir la seule église octogonale des Féroé.

70

Originale n'est-ce pas? L'île en face l'église est l'île d'EYSTUROY.

 

Une fois à Tjørnuvik, la pluie persiste mais elle est plus fine... quand soudain, elle s'intensifie. De nouveau, aucun café d'ouvert ! Comme quelques autres touristes, je me réfugie dans la voiture. Je patiente une heure durant jusqu'à ce qu'enfin la pluie devienne un léger crachin !

69

68

63

66

 6562

61

Le temps est tellement couvert que Risin og Kellingin, le géant (le plus éloigné de la falaise) et la sorcière sont dans le brume. C'est le même géant et la même sorcière que l'on voyait depuis Eiđi.

67

J'en profite pour faire un tour à la plage de sable noir.

64

Ce n'est que le dernier jour de mon séjour que je clôturerai la visite de cette île par la route Oyrareingir, Norđradalur. Je vous en reparle prochainement !🤩

 

A tout bientôt pour l'île de KALSOY (là où James Bond est mort dans le dernier opus) et l'île de BORDOY.

💚✨