Cela faisait bien une dizaine d’année que nous étions allés à Chambord. C’était tentant d’y retourner puisque cette année la région Centre-Val de Loire fête 500 ans de RenaissanceS et les manifestations, expositions, etc ne manquent pas. De plus, les jardins à la Française de Chambord ont désormais plus de 2 ans, la végétation commence à s’épanouir et puis, les bus de l’agglomération tourangelle affichent cette magnifique photographie.

1

De toute beauté !

La dernière fois que nous y sommes allés, les jardins n’existaient pas et nous avions pu voir un son et lumière projeté sur la façade Nord. Dorénavant, plus de son et lumière mais de magnifiques jardins à la française. Le château est déjà splendide mais il faut reconnaitre que les jardins sont une vraie valeur ajoutée.

Depuis mars 2017, et seulement après 7 mois de travaux, le domaine national de Chambord a de nouveau ses jardins à la française comme ils l’étaient au XVIIIème siècle.

Face à la façade Nord, dite la façade d’Honneur, ces jardins sont très élégants et siéent à merveille avec l’environnement.

10

Ici, la dimension de Patrimoine prend tout son sens, d’autant que de nombreuses recherches ont été menées durant plus de 10 ans pour compiler les sources et reconstituer le jardin tel qu’il était au milieu du XVIIIème siècle. Chambord a fait le choix d’une restitution authentique et c’est une réussite.

Paradoxalement, je trouve que ces jardins, imaginés par Louis XIV en 1734, sont d’une grande modernité par leurs lignes épurées, les formes géométriques, les perspectives, la grandeur…

FACE A LA FACADE

9

DOS A LA FACADE

Dans le détail, à gauche, on trouve une allée de tilleuls dans laquelle des caisses de citronniers prennent place à la belle saison. Les parterres engazonnés avec les broderies sont agrémentés de plates-bandes fleuries de vivaces et structurés d'ifs taillés en cône. 

11

Des merisiers ont pris place dans le quinconce à équerre (tout à droite).

12

A l'Est, deux parterres engazonnés sont dépouvus de broderie, comme cela était le cas à l'origine et on retrouve les plates-bandes fleuries de vivaces agrémentés d'ifs taillés en cône ainsi qu'un alignement de tilleuls.

4

7

Le petit point blanc sur la photo est le robot tondeuse. On notera que ses trajets laissent des traces et que ce n’est pas très heureux !

Lors de la création des jardins, la notion incontournable de développement durable n'a pas été négligée. En effet, certaines essences de végétaux ont été modifiées par rapport à celles d’origine ; comme les buis (remplacés par fusains nains du japon) ou bien les marronniers d’Inde (remplacés par des merisiers ou des tilleuls). Les traitements phytosanitaires sont bannis.

6

5

 

Faire le tour de la terrasse permet d'embrasser du regard les jardins et d’apprécier l'étendue interminable du parc. Aussi, elle offre une vue sur les cheminées, les tourelles, les ornements et sur la Tour-Lanterne qui est le prolongement du fameux chef-d’œuvre architectural de Léonard de Vinci : l’escalier à double révolution.

3

«Une femme dont le vent aurait soufflé en l’air la chevelure», voilà comment Chateaubriand décrivait cet ensemble majestueux et féerique, formé par les 282 cheminées du château.

8

Chambord, domaine national de tous les superlatifs, est inscrit au Patrimoine Mondiale de l’Unesco.

Belle surprise, lors de cette visite, nous avons pu également profiter de l'exposition temporaire l’Utopie à l’œuvre qui propose une prospection de Chambord dans le futur.

2

Idée extravagante, futuriste ou déjantée, j’adore le concept ! Bien qu’ancienne (XVIème siècle), j’ai bien aimé l’île d’Utopie de Thomas MORE. "Là, dans l'île d'Utopia (nulle part?), les règles instituées... ont créé les conditions propices à l'amitié entre les hommes et à la paix. Pour nous aujourd'hui, le terme "d'utopie" désigne une chimère, un rêve irréalisable. Pour More, il ne s'agit pas de cela. Son utopie est un excercie de pensée critique parfaitement rationnel, rendu possible par la fiction. L'imaginaire libère la pensée créatrice." Excellent l'idée !

13

A bientôt !